À propos

Quelle mouche m’a piqué ?

Alors que certains rêvent de …, moi j’ai rêvé de traverser la Nouvelle Zélande à pieds.

Cette envie de dépassement de soi même a je pense toujours été présent en moi.

Plus jeune, c’était le jogging, puis vint le virus du VTT et ensuite la randonnée.

Certains s’en souviennent encore, c’était un lundi de Pâques, Après  avoir suivi Saint Véron bu quelques genièvres, Chimay et autres breuvages, nous nous sommes retrouvé chez Ghislain et 4 semaines plus tard, j’étais sous tente en Écosses.

Depuis, l’appel des grands espaces c’est fait ressentir. La traversée des  Highlands, l’Audomarois, trois Grp dans l’Avesnois, gr 120 (Calais – Le Crotoy) et la traversée des Vosges se sont déroulés sous mes pieds.

L’envie de découvrir la NZ s’est concrétisé en recherchant des randonnées extrêmes mais réalisable sans techniques spéciales. Il y a 3 ans , j’ai lu le compte rendu d’un participant ayant parcouru le araroa, et cela m’a conquis. Surtout qu’il y une petite dizaine d’année, mon collègue Carlo, m’avait initié au Rugby et surtout à l’équipe des All Blaks et leurs valeurs. Équipe que nous sommes allé voir à 2 reprises.

Pourquoi randonner seul ?

  • Pour profiter de la nature, des paysages, de la faune et la flore d’une manière privilégiée. L’odeur de la forêt, le rafraîchissement d’une brise de montagne, la sensation des chemins sous les pieds, la beauté d’une mer de nuage, la contemplation d’un animal qui mange… Tout ce qui nous donne l’envie d’aller voir ce qui se cache après le virage d’un sentier.
  • Pour accéder à des endroits inaccessibles autrement qu’à pied. Quel bonheur de se dire, que la seule manière d’aller à un endroit est de faire l’effort de marcher jusqu’à celui-ci. Il prend tout de suite beaucoup plus de valeur qu’un endroit qui est également accessible en voiture. On a l’impression de mériter l’endroit.
  • Pour se dépasser physiquement et mentalement en sortant de notre « zone de confort » habituelle. Même si c’est parfois difficile, c’est extrêmement gratifiant une fois le dépassement accompli. Et c’est vraiment personnel, peu importe que ce soit arriver en haut d’une montée, marcher 10 km, ou traverser l’Himalaya à pied.
  • Pour se recentrer sur des choses simples : manger, boire, dormir, se déplacer, etc. Et, se débarrasser temporairement de toutes les choses matérielles que le monde moderne nous a apportées. Randonner permet de se concentrer sur une chose simple à la fois et de le faire dans le calme – sans être sans cesse interrompu par des sonneries ou des objets qui accaparent notre attention. Plus besoin de s’occuper d’une multitude de choses en même temps.
  • Pour rencontrer des personnes partageant la même passion. Il n’y a rien de plus chaleureux qu’une discussion autour du feu dans un refuge ou dehors sous les étoiles. Randonner est également un excellent moment privilégié à partager avec les personnes qui vous sont chères. Rien que le seul fait de raconter nos souvenirs de randonnée nous donne le sourire et l’envie d’y retourner !
  • Pour se vider la tête, ne penser à rien d’autre et seulement au moment présent. Pour se débarrasser de ses soucis (qu’ils soient réels ou irrationnels) et sortir de la routine quotidienne. Arrivez-vous à faire cela dans la vie de tous les jours ? Ou, pensez-vous toujours à des tas de choses en même temps ?
  • Pour se sentir bien physiquement. Comme après toute activité physique, on se sent bien physiquement, en partie grâce aux hormones libérées. Cela permet d’être plus détendu et plus relâché malgré quelques raideurs et courbatures.
  • Pour se sentir bien moralement – se ressourcer comme certains disent. Toutes les raisons mentionnées ci-dessus permettent de se sentir beaucoup mieux moralement avec toutes les conséquences positives que cela entraîne.